Contactez-nous

Par téléphone

03 20 55 7000
03 20 55 8000
03 20 54 83 03

Par internet

Par courier

122 rue de la Louvière
59000 Lille
Prendre rendez-vous en ligne

Tendinites

Auteur : Romain Letartre

I. TENDINOPATHIE ROTULIENNE
II.TENDINOPATHIE QUADRICIPITALE
III. TENDINOPATHIE DE LA PATTE D’OIE
IV. SYNDROME DE LA BANDELETTE ILIO-TIBIALE (syndrome de l’essuie-glace)

I. Tendinopathie rotulienne

A. Généralités

1. Epidémiologie:

  • De loin la plus fréquente des tendinopathhies du genou: 80
  • Jumper’s knee: Basket, volley, football

2. Anatomopathologie:

  • Tendinopathie d’insertion: pointe de la rotule le plus svt et parfois à l’insertion du ligament patellaire sur la TTA.
  • Tendinopathie corporéale: plus rare et accompagnée d’une péritendinite ou ténosynovite avec épaississement et aspect inflammatoire de la gaine tendineuse.

3. Physiopathologie:

  • microruptures >> nécrose >> œdème + fibrose>> nodules, kystes, calcifications, ossifications >> inflammation

B.  Diagnostic

1. Interrogatoire

  • Douleur
    • Mode d’apparition: le plus souvent progressif, parfois brutal (microrupture)
    • Circonstance d’apparition : accélération, décélération, réception, impulsion
    • Localisation: pointe, corps, TTA
    • Début de la symptomatologie, efficacité des ttt antérieurs
    • Horaire et rythme
  • Classification de Blazina
  • Stade 1 : douleur survenant après la pratique sportive ,mais ne l’interrompant pas
  • Stade 2 : douleur survenant au début de l’entrainement
  • Stade 3a : douleur permanente durant l’activité sportive
  • Stade 3b : douleur imposant l’arrêt du sport
  • Stade 4 : rupture tendineuse
  • Rechercher les facteurs favorisants : entraînement, échauffement, hygiène et diététique, matériel…

2. Examen physique

  • Bilatéral et comparatif
  • Trépied clinique :
  • Douleur à la palpation de la tendinopathie
  • Douleur à l’étirement du muscle en décubitus ventral on mesurera la distance talon fesse à la recherche d’un quadriceps court
  • Douleur à la contraction contre résistance (accroupissement, saut sur place)

3. Examens complémentaires

  • Radiographie standard des 2 genoux Face en charge, Profil sctrict, DFP à 30° de flexion à la recherche de:
  • séquelles de maladie d’Osgood Schlatter, de calcifications
  • géodes en regard de la pointe de la rotule
  • d’un trouble de la hauteur rotulienne, d’une dysplasie fémoropatellaire.
  • Echographie (comparative) :
  • Appréciera le calibre du tendon (svt augmenté)
  • recherchera des kystes (hypoéchogènes), des nodules (hyperéchogènes) et des calcification.
  • IRM :
  • dans les formes rebelles pour lesquelles un ttt chirurgical est envisagé
  • objectivera des microruptures, des kystes, des nodules, une infiltration oedémateuse.

C. Traitement

1. Médical

  • Repos sportif minimum 6 semaines. Retour au sport autorisé lorsque le trépied clinique est indolore.
  • AINS et antalgique en phase aigu.
  • Local : pommades anti-inflammatoires, cryothérapie, massage transverse profond, physiothérapie (électrothérapie, ultrasons), ondes de choc
  • Programme de renforcement excentrique de Stanish (4 phases)
    • Echauffement, étirement quadriceps et des ischiojambiers
    • Musculation excentrique en augmentant progressivement la vitesse du mouvement puis la charge
    • Etirement
    • Cryothérapie +/- strapping
  • Secondairement réadaptation à l’effort:
    • Etirements, rééquilibrage musculaire
    • Règles hygiéno-diététiques (hydratation, alimentation…)
    • Correction du geste sportif ou du matériel
    • Infiltrations rarement (maxi 3 à 10 jrs d’intervalle) >> risque de rupture

2. Injection de concentrés plaquettaires

Technique récente qui consiste à effectuer une prise de sang. Le sang est ensuite centrifuger pendant 5 minutes. On obtient un surnageant dans lequel se trouvent les plaquettes et les facteurs de croissance qui vont participer à la réparation du tendon.
Il faut effectuer 3 injections à 5 jours d’intervalle. La reprise du sport est autorisée à partir de la 6ème semaine.
Cette technique a une morbidité nulle et les résultats sont encourageant


Aspect du prélèvement sanguin après centrifugation

3. Traitement chirurgical

  • Exceptionnelle
  • Indiqué après échec du ttt médical et kinésithérapeutique bien conduit de 6 mois pour les stades Blazina 1-2, et de 3 mois pour les stades 3)
  • Principe: Peignage du tendon, ablation des tissus pathologiques (nodules, kystes…) et parfois résection de la pointe de la rotule.
  • Il permet la reprise de l’activité sportive au même niveau dans 75% des cas dans un délai moyen de 6 mois ( 3 mois à 1 an)

II. Tendinopathie quadricipitale

A. Diagnostic

1. Epidémiologie

  • 10 à 15 % des tendinopathies du genou
  • Sport en cause : haltérophilie, volley-ball, cyclisme

2. Physiopathologie

  • Rôle important des microtraumatismes répétés. La lésion se situe le plus souvent au niveau de la partie médiane et superficielle externe du tendon

3. Examen clinique

  • Interrogatoire identique à la tendinopathie rotulienne
  • Examen physique : trépied clinique
    • Étirement passif en décubitus ventral
    • Contraction contrariée (accroupissement, verrouillage du genou)
    • Palpation (svt à la jonction myotendineuse du vaste externe)
    • Parfois sensation d’empâtement, de tuméfaction sus-rotulienne.
  • Examens complémentaire identique à la tendinopathie rotulienne

B. Traitement

1. Médical

Identique que pour les tendinites rotuliennes sauf que les infiltrations sont formellement contre-indiquée à cause du rrisque de rupture tendineuse

2. Injections de concentrés plaquettaire

3. Chirurgical

  • Après échec du traitement chirurgical bien conduit pendant 6 mois.
  • Peignage, ablations des nodules, des calcifications et des microkystes, suture de lésions partielles.

III. Tendinopathie de la patte d’oie

A. Diagnostic

1. Epidémiologie

  • Sports prédisposants: saut de haie, sprint, danse, tennis.

2. Anatomopathologie

  • Tendinobursites, ténopérostites

3. Examen clinique

  • Interrogatoire
    • Caractéristiques de la douleur, son retentissement fonctionnel et les facteurs favorisants la tendinopathie
  • Examen physique: trépied clinique :
    • Etirement en décubitus dorsal, cuisse à 90°par rapport au tronc et extension de la jambe
    • Contraction contrariée :
  • Flexion rotation interne du genou pour le sartorius
  • Adduction du membre pour le gracile
  • Flexion, rotation interne du genou et antéflexion du tronc pour le demi tendineux

4. Examen complémentaires inutiles

B. Traitement

1. Médical

  • Rien de spécifique : repos, AINS, physiothérapie
  • Infiltrations au mieux échoguidées (bonne indication)
  • Mesures prophylactiques (correction du geste technique, échauffement, étirement, régles hygiéno-diététiques)

IV. Syndrome de la bandelette ilio-tibiale

A. Diagnostic

Aussi appelée syndrome de l’essui-glace

1.Epidémiologie

  • Coureurs de fond et cyclistes

2. Physiopathologie et anatomopathologie

  • Conflit répété lors de mouvements de flexion-extension du genou entre le bord postérieur de la bandelette ilio-tibiale et le condyle externe.
  • Ce conflit engendre des micro-lésions des fibres tendineuses et une bursite de la bourse séreuse rétro-tendineuse.

3. Examen clinique

  • Interrogatoire
    • Facteurs favorisants technologiques (Augmentation des entraînements, chaussures inadaptées, réglages pédaliers, sols…).
    • Facteurs favorisants anatomiques (saillie excessive du condyle externe, genu varum, inégalité de longueur du membre inférieur).
    • Douleur localisée en regard de l’épicondyle externe irradiant le long de la face externe de la cuisse survenant à l’effort entrainant l’arrêt de l’activité.
  • Examen physique
    • Douleur à la palpation du condyle externe avec reste de l’examen normal
    • Test de Renne : apparition de douleur lors de la réalisation de mouvements de flexion-extension en appui monopoda
    • Test de Noble : genou fléchi à 90°, on exerce une pression digitale sur l’épicondyle externe; on effectue ensuite une extension passive du genou en maintenant le tibia en varus rotation interne; à 30° une douleur vive apparaît.

4. Examens complémentaires inutiles

B. Traitement

1. Médical

  • Repos, AINS, MTP, cryothérapie, physiothérapie
  • Infiltrations parfois
  • Prévention des récidives (Etirement, chaussures adaptées, réglage du pédalier)

2. Chirurgical

  • Exceptionnel
  • Excision de la bursite et plastie d’allongement de la bandelette ilio-tibiale

Nordgenou TV

DT4 All inside

Kenneth Jones - Docteur Sensey

Suture méniscale d'une fissure longitudinale de la corne postérieure

Injection de concentrés plaquettaires